Nos chevaux

Publié le

Nos chevaux de race barbe et arabe, sont dociles et robustes. Ils sont enrênés, facilitant ainsi le contrôle des allures et la conduite du cheval.

 

Le Barbe

Sélectionné en Afrique du Nord, surtout dans les territoires algériens et marocains, le Barbe a pénétré en Espagne à la faveur des invasions maures.

Jusqu’au XVIIIe siècle, il a été largement exporté par le port de Tanger, vers l’Europe, ou il était très recherché pour sa grande robustesse. Utilisé durant de longues années par les spahis dans la cavalerie française, il était très apprécié dans les manéges pour son tempérament calme et sa frugalité. La race continue à évoluer sous l’effet de la sélection, dans les haras marocains et algérien.

En Libye et en Tunisie, le Barbe a subi un apport plus net du sang Arabe. Ainsi le Barbe Libyen possède des allures plus rapides que celles du Barbe du Maghreb occidental.

Cheval de petite taille (1.42 à 1.50 m au garrot ). Le Barbe a une tête au profil franchement convexe, des épaules plates, un garrot très saillant. Le dos et le rein sont légèrement convexes (dos de mulet).

La croupe est inclinée et creuse, la queue attachée basse, la poitrine haute mais, étroite. Les membres sont fins et secs, les canons minces et les paturons plutôt longs. Le pied, de petite taille, a une corne très dure. Les talons sont resserrés. Toutes les robes simples ou composées (noirs, baie, alezan et surtout grise) sont admises.

Parfaitement adapté à la marche en terrain sec et dur. Doux et courageux, un peu moins généreux dans l’effort et moins rapide que l’Arabe, le Barbe est en revanche, plus docile et plus endurant que celui-ci. Excellente monture pour un cavalier débutant, très résistant aux maladies, peu exigeant au plan de l’entretient, il peut également être attelé. Sous réserve de surveiller attentivement sa ferrure, qui doit impérativement respecter un bon appui de la fourchette sur le sol et combattre la tendance à l’encastelure, le Barbe est un excellent cheval tous usages pour l’amateur de sports équestres.

 

L’Arabe

Jadis dénommé Pur-sang arabe. L’Arabe a des origines qui remontent au cheval primitif à front plat domestiqué prés de la caspienne durant le Ive millénaire avant J.-C. son élevage s’est développé au Moyen-Orient et dans la péninsule arabique. Durant des temps immémoriaux, l’Arabe fut le compagnon des populations bédouines semis- nomades de ces régions. Historiquement, la sélection de cheval et sa valeur dans les civilisations arabes sont attestées par les préceptes du Coran. Pour le prophète Mohamed, aimer le cheval est un devoir, car cet animal est un don du créateur.

La sélection de l’Arabe s’est faite au cours des âges à partir de certains critères de pureté ; les éleveurs tenaient, en particulier, le plus grand compte de la disposition des épis à laquelle était attribuée une signification précise de qualité. La sélection morphologique a été complétée par les résultats obtenus par les animaux lors des courses et des guerres. L’Arabe était le compagnon fidèle du nomade ; il vivait sous la tente de son maître et, en période sèche, partageait sa nourriture (viande de chameau séchée, lait de chamelle et dattes), en attendant les pluies fassent pousser la végétation des steppes ou du désert, ou que la caravane retrouve une oasis. Pendant les croisades et lors des invasions arabes, les occidentaux devaient découvrir de façon la supériorité des chevaux orientaux sur leurs chevaux. Depuis cette époque, l’Arabe est considéré comme l’élément améliorant de toutes nos races de chevaux.

D’une taille moyenne, comprise entre 1,40 et 1,60m­­__, l ‘Arabe a un poids variant entre 350 et 400 kg , et une morphologie médio ligne. A l’examen, l’impression dominante est l’harmonie de la tête. Plutôt carrée, au front plat, au chanfrein droit, porte de grands yeux mobiles et très expressifs. L encolure est légère : les épaules, moyennement obliques, sont très fortement musclées. Le garrot est bien saillant, la poitrine ample. Le dos et le rein sont droits. La croupe est plutôt horizontale. Les membres sont puissamment musclés dans leurs régions proximales. Os et tendons sont secs. Le paturon est court. Le pied, de taille moyenne, a une corne exceptionnellement dure et résistante. La robe est de couleur grise, baie, alezan ou, parfois noire.

 

Capable de contacter des relations affectives très structurées avec son entourage humain, l’Arabe est généralement obéissant ; les entiers possèdent toutefois un caractère affirmé sans pour autant devenir rétifs ou dangereux dés lors qu’ils sont correctement traités et montés.

L’Arabe est un remarquable cheval de raid, de randonnée et de tourisme équestre.

 

Nos chevaux sont des chevaux dociles et sûrs dans toutes les situations. Ils ne sont pas très grands, entre 1 m 50 et 1 m70 au garrot, ils sont habitués de passer partout. Ils randonnent par tous, sables, au bord de la mer.

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *